Les compagnons d'Ulysse

 "

« Je m’appelle Personne et Personne est le nom que mes parents et tous mes autres compagnons me donnent » (Homère)

 

Dans la région de Naples, où a débuté Odysseus, un passager ordinaire, j’ai été frappé par la présence physique de la plupart des gens. J’ai commencé à photographier des personnes qui m’interpellent par leur manière d’être singulière. Je leur demande de poser selon un protocole simple : se tenir debout face à moi, sans expression particulière, et respirer profondément, jusqu’à sentir leur respiration dans le sol. Je ne m’attendais pas à ce qu’à leur présence se mêle une part d’absence, un ailleurs irréductible.

On peut imaginer reconnaître en eux ceux avec qui Ulysse est parti, dont pas un seul n’est rentré, ou ceux dont il a croisé la route.

Tirés sur des voilages semi-transparents, « Les compagnons d’Ulysse » forment une installation aux dimensions variables. Ces voiles sont comme des échos des disparus en mer, des âmes des défunts qui s’élèvent des Enfers, ou du tissage que Pénélope fait et défait pendant des années.

La série est toujours en cours.